Adieu mon amour, tu me restes déjà

Ecrit pour mon fiston, à l’occasion d’une rupture … montrer que leur manière d’arrêter était aussi belle que leur amour lui-même, qui restera tel qu’ils l’ont façonné

  

  

Il n’y a plus l’avenir,

Il y a ce que l’on a fait

Je ne veux pas de souvenirs

Mais seulement ce que je sais

  

On aurait pu bien sur

Fuir pour tout oublier

Gommer des phrases sans ratures

Frotter la toile juste posée

  

Il y a la douleur , bien sur

Il y a le prix du bonheur vécu

Le vide, et plus rien ne rassure

Et mes bras qui ne servent plus

  

On aurait pu la haine

Les cris troublants du désespoir

Ou tenter le regret, à peine

Ou bien,  fier, passer sans te voir

  

Il n’y a plus l’avenir,

Il y a ce que l’on a fait

  

J’ai l’écho de ton rire, et pas l’ombre d’un regret

J’ai la fenêtre close où s’étouffaient tes pleurs

Une chapelle cachée où je me suis osé

Là sommeillent encore tes tourments enfantins

  



1 commentaire

  1. talengar 18 février

    Toujours aller de l’avant et poursuivre sans laisser l’ombre des regrets envahir notre âme… belle pensée.

    Dernière publication sur Pensée d'un jour, pensée de toujours : Rêve d'avenir passé

Laisser un commentaire

kantinof |
quelques mots parmi tant d'... |
MA PETITE FEE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sur une île un trésor
| Mona... lit ça!
| le blog de jeanluke